Biarritz logo

Chers supporters,

Chers amoureux du Club,

 

Notre pays doit faire face à une épidémie sans précédent nécessitant la mobilisation de toutes et tous et le soutien de chacune et de chacun.

Le TOP 14 et la PRO D2 sont suspendus depuis le 13 mars et comme tous, nous faisons passer la santé de chacun en s’inscrivant dans la mobilisation nationale appelée par le Président de la République pour lutter contre la propagation du COVID-19.

Quelles seront les répercussions de cette décision sur notre sport et sur nos clubs ? Elles seront lourdes, mais aucun de nous n’est aujourd’hui capable d’en mesurer l’ampleur.

Sur les compétitions, sachez que la Ligue et les clubs travaillent à plusieurs scénarios. Nous ferons tout notre possible pour que les championnats se terminent sur le terrain. Nous vous informerons évidemment de l’évolution de la situation.

En attendant le repli de l’épidémie et le retour au jeu, l’activité de nos clubs est à l’arrêt. Ils se trouvent, pour le temps que durera cette suspension des compétitions, privés des recettes liées aux matches et évènements, qui représentent une partie très importante de leur budget.

Nous sommes parfaitement conscients des problèmes que chacun d’entre nous et que l’ensemble du pays doivent affronter. Le rugby et ses clubs ne sont pas épargnés. Ils vont traverser une période très difficile.

En attendant de revenir vers vous avec de bonnes nouvelles, nous vous adressons, ainsi qu’à vos proches, tout notre soutien. Nous comptons aussi sur le vôtre et savons que les relations de confiance construites avec vous sont un formidable atout pour traverser cette épreuve ensemble.

Nous vous donnons rendez-vous au plus vite sur et autour des terrains.

Autres nouvelles

La compo ! 

Les Espoirs - La Trattoria Pizzeria des Arceaux - rencontrent la Section Paloise pour leur première journée de championnat. 

À gagner : un maillot de l'an dernier ! Ne manquez pas le jeu des Espoirs : La pesée du 8.

N'oubliez pas vos pièces de monnaie pour participer ;) 

 

Chers supporters,

 

En raison des conditions sanitaires exceptionnelles, la préfecture des Pyrénées Atlantiques a délivré un arrêté, bouleversant l’organisation de la rencontre face à Béziers.

 

Ainsi, merci de prendre en compte les mesures suivantes :

  • Les supporters situés en TRIBUNE BLANCO A devront arriver à 20h, par l’allée du tennis.
  • Les supporters situés en TRIBUNE BLANCO B devront arriver à 20h30, par l’entrée rue Cino Del Duca.
  • Les supporters situés en TRIBUNE BLANCO C devront arriver à 20h, par l’entrée rue Cino Del Duca.
  • Les supporters situés en GRADINS devront arriver à 20h30, par l’allée du tennis.
  • Les supporters situés en KAMPF OUEST devront arriver à 20h par le portail OUEST.
  • Les supporters situés en KAMPF EST devront arriver à 20h par le portail EST (Musée du BO).
  • Les supporters situés en KAMPF CENTRALE devront arriver à 20h30 par le portail OUEST ou le portail EST (Musée du BO).

 

Aussi, notez que :

  • Les buvettes et services de restauration (foodtrucks) feront exclusivement du service dans le stade. Des vendeurs ambulants vous porteront de quoi vous désaltérer et vous restaurer directement à votre place.
  • Bien évidemment, les KOXKs rouge 2019/2020 sont encore valables, et les nouveaux seront en circulation.
  • Billetterie aux guichets du stade fermée le jour du match à partir de 18h. Privilégiez la billetterie en ligne : www.billetterie-bopb.fr

 

Nous vous remercions de continuer vos efforts pour le port du masque, les distances de sécurité dans les files d’attentes et de limiter vos déplacements.

 

La période est délicate pour tout le monde et nous vous remercions sincèrement de votre compréhension.

 

À très vite !

Biarritz n’a pas su s’imposer ce dimanche à Sapiac.

 

Pourtant, cette rencontre avait si bien commencé : le jeune Kerman Aurrekoetxea aplatissait un essai, Gilles Bosch marquait à trois reprises et Johnny Dyer clôturait le tout par un second essai. Menant de 12 points à la mi-temps, nos Boys n’ont pas vu venir les Montalbanais et ont encaissé une pénalité et un essai consécutifs durant les premières minutes du second temps de jeu. Ce à quoi Steeve Barry répondait en suivant en passant la ligne d’en-but adverse. Les Boys, pensant que le plus dur était derrière eux, se sont sans doute un peu relâchés. Après avoir essuyé quatre pénalités de l’équipe adverse, les rouges et blancs n’ont pu que s’incliner face à Montauban, qui remporte ce second match de championnat à seulement trois petits points.

 

Mais, comme l’a dit un de nos chers supporters : « on apprend autant des victoires que des défaites. »

S'inscrire à la Newsletter

Formulaire

Partenaires

<p>Fournisseurs officiels</p>

partner.namepartner.name

<p>Partenaires officiels</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name

<p data-pm-slice="1 1 []">Partenaire</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name