Biarritz logo
 Appel aux parents du Pays Basque

Chers Parents,
 
Je suis un gosse de riches.
 
En grandissant, je n’ai jamais manqué de rien. J’ai eu la chance d’étudier dans les meilleures écoles. Chez les Jésuites à Paris, au Lycée Charles de Gaulle à Londres, à l’université aux Etats-Unis… Un anglais dirait que “je suis né avec une cuillère en argent dans la bouche”. Et pourtant, il y a à peine six mois, je me fendais encore l’arcade sourcilière à Hong Kong, jouant pilier pour mon équipe du Valley RFC.
Pourquoi? Parce que j’aime le rugby, bien évidemment. Mais surtout, parce que j’aime ce que le rugby représente.
 
Pour moi, le rugby est l’une des dernières institutions qui permet encore un véritable brassage social.
 
Dans mon équipe du Valley RFC, il y a deux pompiers, un policier, un chauffeur, et un facteur. Il y a un jeune qui a été élevé à la DASS et que le club a aidé à rester dans le droit chemin. Et il y a aussi des avocats, des banquiers, des pilotes d’avions, ... Nous nous entrainons ensemble, nous jouons ensemble, nous allons boire des coups ensemble, et nous essayons de nous entraider lorsque la vie nous fait des croche-pieds.
 
Dans notre monde moderne, quelle autre institution permet un tel brassage social? Autrefois, il y avait l’Eglise; mais aujourd’hui les gens n’y vont plus. Il y avait aussi l’Armée, mais le service militaire est maintenant terminé. Il reste l’école publique, mais celle-ci reste quand même tributoire de son quartier: le gamin des cités reste separé du bourgeois du XVIème (dont je suis, mes parents habitent le XVIème à Paris!).
 
Or, ce qui est terrible, est que tout notre monde moderne pousse à l’isolement et au cloisonnement: les jeux vidéos, les réseaux sociaux (où l’on peut se cacher derrière des pseudonymes pour dire des horreurs qu’on n’oserai jamais dire autre part ailleurs)… Il est de plus en plus facile de vivre sa vie sans jamais apprendre à vivre en groupe, à se sacrifier pour l’autre, à aider son prochain…
 
Or, c’est cela que le rugby apprend aux gamins. Jusqu’à dix-huit, le rugby batit le caractère; après, il le revèle.
 
J’ai la chance énorme d’avoir quatre enfants. Deux garçons, Henri (14 ans) et Georges (12 ans) et deux filles, Carol-Lynn (10 ans) et Charlotte (7 ans). Ils sont la prunelle de mes yeux… et les quatres jouent au rugby. Ils ne joueront peut-être pas jusqu’à 44 ans comme leur père. Et très probablement, comme leur père, aucun ne jouera à un très haut niveau. Mais peu importe, car en chemin ils auront appris la solidarité, le courage, et le don de soi; des valeurs qui leurs serviront pour la vie, quelque soit leurs chemins respectifs. Et entre temps, ils se seront fait des vrais amis; des amis qu’ils n’auraient peut-être pas pu rencontrer ailleurs.
 
Cette chance que j’ai eu d’avoir joué au rugby, et cette chance que mes enfants ont eux aussi aujourd’hui, je souhaite la partager avec tous les enfants de la région. J’ai demandé à Jean-Baptiste Aldigé de mettre en place un programme sportif à la fois ludique, et divertissant, pour les enfants de 5 à 11 ans en partenariat avec le BO Omnisports et notre association rugby. Evidemment, cela s’inscrit dans notre vocation de transformer le BO en meilleur club formateur de France. Mais, pour moi, et pour les raisons évoquées ci-dessus, cela va beaucoup plus loin.
 
Le BO vous propose donc de prendre en charge vos enfants tous les mercredis, de 8h à 18h, ainsi que pendant une demi-journée le week-end. Ce programme sera subventionné par le club au delà de votre participation de 41 € par mois, pendant 10 mois . Le mercredi, les enfants seront encadrés pour pratiquer de nombreux sports (le rugby bien sûr, mais aussi la pelote basque, le tennis, l’athlétisme, la danse, le rink-hockey, etc...). Les enfants participeront aussi à des activités et sorties culturelles, à l’apprentissage des langues, et bénéficieront d’un soutien scolaire. Le tout comprenant le repas de midi et un temps calme pour les plus petits. Le week-end sera consacré seulement au rugby. Cette formule est ouverte à tous les enfants, garçons et filles, et mon espoir est que le BO puisse présenter une équipe féminine sur toutes les classes d’âges.
 
Evidemment, les jeunes inscrits à l’école de rugby du BO ont, comme promis, l’accès gratuit au stade les jours de match, dans la section réservée à nos jeunes rugbymen et rugbywomen.
 
J’espère de tout coeur que vos enfants et vous, répondront présents à cet appel; et évidemment, n’hésitez pas à informer vos proches qui ont des enfants entre 5 et 11 ans.
 
Je vous prie de croire, chers parents, en l’expression de mes sentiments les meilleurs. Et j’espère vous rencontrer au bord du terrain,
 
Louis-Vincent Gave
Président du Conseil de Surveillance du Biarritz Olympique Pays-Basque

Autres nouvelles

Résultats du week-end

Les résultats du week-end :

 
U14 Minimes : 
Superchallenge de France :
Castres / Biarritz : match nul 7 à 7 
Balma / Biarritz : défaite 12 à 0
 
 
U15 Cadets 1ère année (Gauderman), victoire bonifiée à domicile  28 à 07 contre Mont de Marsan (4 essais à 1). Nos joueurs ont très bien entamé le match marquant un très bel essai sur leur première possession du ballon avec une séquence de jeu très longue  qui va balayer tout le terrain pour finir entre les poteaux. Les joueurs vont rester sur le même rythme et inscrire un deuxième essais pour mener 14 à 00. Les montois vont répliquer par un essai et revenir au score 14 à 05. Avant la mi-temps nos joueurs vont très  bien exploiter un ballon de récupération pour marquer un troisième essai et arriver à la mi-temps avec un score de 21 à 05 en notre faveur.
Dès le début de la deuxième mi-temps nos joueurs vont inscrire un quatrième essais synonyme de bonus offensif sur un contre. Par la suite quelques maladresses et mauvais choix empêcheront notre équipe d’aggraver le score mais nos joueurs malgré quelques erreurs de défense inhabituelles conserveront leur bonus offensif mérité. Nos cadets 1ère année finissent leurs blocs de 3 matchs (Bègles-Bordeaux, Aviron Bayonnais et Mont de Marsan) avec 3 victoires et 3 bonus offensifs continuant d’être invaincus).
 
U16 Cadets 2 ème année (Alamercery), victoire 14 à 06 contre Mont de Marsan (2 essais à 0). Belle victoire de nos cadets 2 ème année qui ont su renverser un score défavorable à la mi-temps. Dans la foulée de leur victoire à Bayonne et malgré qu’il soit mené 06 à 00 à la mi-temps contre le cours du jeu,  nos joueurs ne se sont pas désunis et avec un état d’esprit exceptionnelle ont su trouver les ressources mentales nécessaires pour renverser les Montois en deuxième mi-temps , les mettre sous pression et inscrire 2 essais transformés pour remporter le match 14 à 06.
Belle récompense pour ce groupe qui malgré les résultats difficiles du début de saison a fait preuve de caractère pour renverser le score et confirmer la victoire du week end dernier à Bayonne.
 
Résumés de matchs proposés par Philipple Bidabé, Entraîneur des Cadets


U18 Crabos :
Vannes / Biarritz :
 
Match dans la continuité du début d'année. Contenu intéressant collectivement mais le score ne reflète pas la physionomie de la rencontre. L'investissement général est en progression, nous avons beaucoup tentés sans scorer avec de belles et longues actions. Vannes marque sur leurs franchissement et cela nous coûte cher. Nous n'avons pas su invverser cette dynamique.Dommage pour l'équipe.
 
Résumé de match proposé par Benoit Baby, Entraîneur des Crabos.
 
U21 Espoirs, parrainés par la Pizzeria La Trattoria Biarritz :
Biarritz / Bourg en Bresse : victoire 18 à 11
 
Féminines :
Repos
 

Entraînements ouverts au public cette semaine

🚨LES ENTRAÎNEMENTS OUVERTS AU PUBLIC DE LA SEMAINE DU 27/01 AU 02/02 : 

🗓  Lundi 27 Janvier   🕛 10h30 🏟 Coubertin 

🗓  Mardi 28 Janvier   🕛 10h30 🏟 Coubertin 

 

Tous derrière les 🔴⚪️ pour la réception du SAXV

Billetterie : https://www.billetterie-bopb.fr/fr/billetterie

#BOfamilly

Nos Espoirs - Équipe parrainée par Restaurant La Trattoria - Pizzeria des Arceaux Biarritz affronteront Bourg en Bresse cette après-midi sur le stade Bendern.
 
Tous avec nos 🔴⚪️ !

S'inscrire à la Newsletter

Formulaire

Partenaires

<p>Fournisseurs officiels</p>

partner.namepartner.name

<p>Partenaires officiels</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name

<p data-pm-slice="1 1 []">Partenaire</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name