Biarritz logo
 Appel aux parents du Pays Basque

Chers Parents,
 
Je suis un gosse de riches.
 
En grandissant, je n’ai jamais manqué de rien. J’ai eu la chance d’étudier dans les meilleures écoles. Chez les Jésuites à Paris, au Lycée Charles de Gaulle à Londres, à l’université aux Etats-Unis… Un anglais dirait que “je suis né avec une cuillère en argent dans la bouche”. Et pourtant, il y a à peine six mois, je me fendais encore l’arcade sourcilière à Hong Kong, jouant pilier pour mon équipe du Valley RFC.
Pourquoi? Parce que j’aime le rugby, bien évidemment. Mais surtout, parce que j’aime ce que le rugby représente.
 
Pour moi, le rugby est l’une des dernières institutions qui permet encore un véritable brassage social.
 
Dans mon équipe du Valley RFC, il y a deux pompiers, un policier, un chauffeur, et un facteur. Il y a un jeune qui a été élevé à la DASS et que le club a aidé à rester dans le droit chemin. Et il y a aussi des avocats, des banquiers, des pilotes d’avions, ... Nous nous entrainons ensemble, nous jouons ensemble, nous allons boire des coups ensemble, et nous essayons de nous entraider lorsque la vie nous fait des croche-pieds.
 
Dans notre monde moderne, quelle autre institution permet un tel brassage social? Autrefois, il y avait l’Eglise; mais aujourd’hui les gens n’y vont plus. Il y avait aussi l’Armée, mais le service militaire est maintenant terminé. Il reste l’école publique, mais celle-ci reste quand même tributoire de son quartier: le gamin des cités reste separé du bourgeois du XVIème (dont je suis, mes parents habitent le XVIème à Paris!).
 
Or, ce qui est terrible, est que tout notre monde moderne pousse à l’isolement et au cloisonnement: les jeux vidéos, les réseaux sociaux (où l’on peut se cacher derrière des pseudonymes pour dire des horreurs qu’on n’oserai jamais dire autre part ailleurs)… Il est de plus en plus facile de vivre sa vie sans jamais apprendre à vivre en groupe, à se sacrifier pour l’autre, à aider son prochain…
 
Or, c’est cela que le rugby apprend aux gamins. Jusqu’à dix-huit, le rugby batit le caractère; après, il le revèle.
 
J’ai la chance énorme d’avoir quatre enfants. Deux garçons, Henri (14 ans) et Georges (12 ans) et deux filles, Carol-Lynn (10 ans) et Charlotte (7 ans). Ils sont la prunelle de mes yeux… et les quatres jouent au rugby. Ils ne joueront peut-être pas jusqu’à 44 ans comme leur père. Et très probablement, comme leur père, aucun ne jouera à un très haut niveau. Mais peu importe, car en chemin ils auront appris la solidarité, le courage, et le don de soi; des valeurs qui leurs serviront pour la vie, quelque soit leurs chemins respectifs. Et entre temps, ils se seront fait des vrais amis; des amis qu’ils n’auraient peut-être pas pu rencontrer ailleurs.
 
Cette chance que j’ai eu d’avoir joué au rugby, et cette chance que mes enfants ont eux aussi aujourd’hui, je souhaite la partager avec tous les enfants de la région. J’ai demandé à Jean-Baptiste Aldigé de mettre en place un programme sportif à la fois ludique, et divertissant, pour les enfants de 5 à 11 ans en partenariat avec le BO Omnisports et notre association rugby. Evidemment, cela s’inscrit dans notre vocation de transformer le BO en meilleur club formateur de France. Mais, pour moi, et pour les raisons évoquées ci-dessus, cela va beaucoup plus loin.
 
Le BO vous propose donc de prendre en charge vos enfants tous les mercredis, de 8h à 18h, ainsi que pendant une demi-journée le week-end. Ce programme sera subventionné par le club au delà de votre participation de 41 € par mois, pendant 10 mois . Le mercredi, les enfants seront encadrés pour pratiquer de nombreux sports (le rugby bien sûr, mais aussi la pelote basque, le tennis, l’athlétisme, la danse, le rink-hockey, etc...). Les enfants participeront aussi à des activités et sorties culturelles, à l’apprentissage des langues, et bénéficieront d’un soutien scolaire. Le tout comprenant le repas de midi et un temps calme pour les plus petits. Le week-end sera consacré seulement au rugby. Cette formule est ouverte à tous les enfants, garçons et filles, et mon espoir est que le BO puisse présenter une équipe féminine sur toutes les classes d’âges.
 
Evidemment, les jeunes inscrits à l’école de rugby du BO ont, comme promis, l’accès gratuit au stade les jours de match, dans la section réservée à nos jeunes rugbymen et rugbywomen.
 
J’espère de tout coeur que vos enfants et vous, répondront présents à cet appel; et évidemment, n’hésitez pas à informer vos proches qui ont des enfants entre 5 et 11 ans.
 
Je vous prie de croire, chers parents, en l’expression de mes sentiments les meilleurs. Et j’espère vous rencontrer au bord du terrain,
 
Louis-Vincent Gave
Président du Conseil de Surveillance du Biarritz Olympique Pays-Basque

Autres nouvelles

Présentation féminines du BO

Le Biarritz Olympique Pays Basque est fier de vous présenter ses deux équipes féminines !

 

N'hésitez plus, et rejoignez-les en contactant Florian Mercader au 06.35.56.78.51.📞

Les Seniors disputeront leur premier match amical le dimanche 22 septembre 2019 à 16h30 sur le Terrain Bendern, contre l'équipe de Menditte.👊💥

Aupa BO 🔴⚪️

 

 

Equipe Espoirs saison 2019/2010

Le Biarritz Olympique Pays Basque est fier de vous présenter son équipe Espoirs 🔴⚪️

 
 

Abonnés : séance dédicaces poster officiel

Cher(e)s Abonné(e)s,
 
Toute l'Équipe du Biarritz Olympique Pays Basque salue votre fidélité au Club.
 
Pour vous en remercier, nous sommes ravis de vous réserver des avantages exclusifs.
 
Nous vous convions à une SÉANCE DE DÉDICACES DU POSTER DE L'ÉQUIPE*
 
mercredi 18 septembre de 18h à 19h
 
en Grand Salon de la Tribune Serge Kampf
 
 
*l'entrée au Salon se fera sur présentation de votre carte d'abonné 2019-2020 

S'inscrire à la Newsletter

Formulaire

Partenaires

<p>Fournisseurs officiels</p>

partner.namepartner.name

<p>Partenaires officiels</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name

<p data-pm-slice="1 1 []">Partenaire</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name