Biarritz logo
Lettre ouverte à bon entendeur

Chers Supporters du Biarritz Olympique Pays Basque, Chers Partenaires,
 
Comme vous le savez, il y a trois mois, notre club était en faillite. Nous sommes intervenus, nous avons recapitalisé le club et mis en place des équipes afin de redresser une situation financière dramatique. Premier objectif évident : couper tous les coûts non-essentiels. Et c’est en se penchant sur les coûts divers et variés du Biarritz Olympique Pays Basque que nous avons constaté que le BOPB avait un partenariat avec le quotidien régional Sud-Ouest pour une valeur de 33,000 € par an.
 
Tout d’un coup, tout s’élucida pour nous. En effet, au printemps dernier, nous n’avions pas compris pourquoi Charles Gave (qui n’a jamais fait de politique) était décrit comme étant adepte de “théories fascistes” ? Pourquoi étions-nous décrits dans les pages du Sud-Ouest au mois de Mars 2018 comme étant “ultra-libéraux trash” ? Pourquoi cet acharnement à nous dépeindre comme “hongkongais” ? Pourquoi nous faire un procès avec des accusations politiques lourdes (et sans preuves !), alors que notre seul intérêt était de sauver l’un des temples du rugby français ? Pourquoi même faire rentrer des idéologies politiques dans des affaires de rugby ? Que nous soyons anarchistes, socialistes, libéraux ou conservateurs, pourquoi en parler ? Chacun n’a-t-il pas le droit d’avoir ses convictions politiques ? Un “ultra libéral trash” (pour reprendre la formule de Sud-Ouest – dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas) ne serait-il pas à même de gérer un club de rugby ?
 
Mais c’est en épluchant les comptes du BOPB que nous avons compris : un “ultra libéral trash” peut gérer un club de rugby… Mais il y a peu de chances qu’il continue d’offrir à Sud-Ouest 33,000€ par an de produits (places VIP, visibilité, accords de primeur d’informations) afin de garantir une retombée médiatique qui n’apporte absolument pas cette contre-valeur au club.
 
Nous avons donc eu un rendez-vous en juin avec la direction de Sud-Ouest afin d’informer le journal que compte tenu de la situation financière du BOPB, nous ne pouvions plus prolonger le partenariat Sud-Ouest-BOPB.
 
À notre grande surprise, plutôt que d’essayer de comprendre notre situation et de faire un pas dans notre sens, Sud-Ouest a préféré nous menacer ; nous expliquant que si nous ne renouvelions pas notre contrat, la teneur de notre couverture médiatique allait rapidement se détériorer.
 
Nous avons donc souligné que Charles Gave étant déjà décrit dans Sud-Ouest comme fasciste et nous comme “ultra-libéraux trash”, nous voyions mal comment nous pouvions sombrer plus bas ?
 
Nous aurions dû avoir plus d’imagination.
 
Le surlendemain, nous étions décrits comme « … Montaigne et La Boétie en leur temps, Louis-Vincent Gave et Jean-Baptiste Aldigé sont liés d’une amitié profonde, dont personne n’a réussi à percer le mystère. Au point de nourrir la rumeur… » édition du 29 Juin 2018. Imaginez notre surprise : avec ces allusions, et cette atteinte à notre vie privée, Sud-Ouest n’hésitait pas à se mettre en violation flagrante de l’article 9 du Code Civil – article qui protège la vie privée de tout citoyen Français (même ceux qui habitent à Hong Kong ou au Canada).
 
Ce qui nous amène au point important de cette lettre : aujourd’hui Sud-Ouest explique que la liberté de la presse est attaquée. Rien n’est moins vrai. Ce que nous avons fait, c’est fermer la porte à ce que les Anglos Saxons appellent le “greenmail” (le green pour le vert du dollar), où les entreprises paient des journaux afin de s’assurer une couverture favorable. Cette ère est révolue. Le BOPB n’a pas les fonds nécessaires pour payer Sud-Ouest, et ainsi s’assurer que Sud-Ouest écrivent des choses gentilles sur le BOPB.
 
Nous ne souhaitons pas dépenser l’argent du BOPB pour que Sud-Ouest se répande sur notre vie privée ou sur nos opinions politiques. Le BOPB a trop besoin d’argent ailleurs. Nous souhaitons travailler avec des journalistes et non pas une société commerciale.
 
Vu les attaques répétées et non provoquées de Sud-Ouest à l’égard du Biarritz Olympique Pays Basque, nous ne pouvons que conclure que la direction de Sud-Ouest a décidé de faire un exemple du BOPB, pour ‘encourager les autres’. Nous le déplorons mais nous ne nous en surprenons plus. Ce qui nous surprend c’est l’hypocrisie de Sud-Ouest qui se présente aujourd’hui en défenseur de la liberté de la presse, alors que Sud-Ouest essaie surtout de défendre sa ‘chasse-gardée” et une situation financière privilégiée dorénavant perdue.
 
De notre côté, nous cherchons juste à mettre tous les journalistes qui souhaitent couvrir le BOPB sur un pied d’égalité. Plus de passe-droits, et plus d’arrangements commerciaux.
 
Nous ne sommes pas là pour attaquer la liberté de la presse. Bien au contraire : nous avons le plus grand respect pour le métier de journaliste. Un associé de vingt ans, Anatole Kaletsky (le ‘Kal” dans Gavekal) fut l’une des plus grandes plumes de la presse Britannique. Au sein de Gavekal, pas moins de sept collaborateurs ont été, à d’autres moments de leurs carrières, des journalistes (au Wall Street Journal, au South China Morning Post, chez Reuters…). Nous sommes convaincus que la liberté de la presse est essentielle au fonctionnement de notre société.
 
Aujourd’hui, nous nous acharnons afin de redonner au BOPB une dynamique positive : nous avons réorganisé le stade et impliquons les jours de matchs un nombre croissant d’entreprises et d’entrepreneurs locaux. Nous mettons de gros moyens sur l’école de rugby et sur le centre de formation afin de former un nombre croissant de jeunes. Aguiléra redevient un véritable centre de vie commune les jours de matchs.
 
Nous vous remercions pour le soutien que vous continuez d’apporter au Biarritz Olympique Pays Basque et à notre projet et nous restons à votre disposition pour toutes informations complémentaires,
 
Aupa BO
 
Louis-Vincent Gave                                            Jean-Baptiste Aldigé
Président du Conseil de Surveillance                      Président du Directoire

Autres nouvelles

Recherche familles d'accueil saison 2019/2020

Le Biarritz Olympique Pays Basque recherche des familles d'accueil pour des joueurs du Centre de Formation, pour la saison 2019/2020.

 
 

Soit : 

- la semaine complète

- uniquement le week-end, si le joueur est en internat scolaire

 

Les modalités de prise en charge vous seront communiquées par Adrien Asteggiano (a.asteggiano@me.com / 06.50.93.51.13). N'hésitez pas à le contacter dès à présent si vous souhaitez participer à la formation de nos jeunes joueurs, et les aider à devenir rugbymen professionnels.

 

La grande famille du BO a besoin de vous ! 

 

Merci à tous, et Aupa BO ! 

Les résultats du week-end

Retrouvez les résultats du week-end du Biarritz Olympique 

 
 
  • Cadets A : défaite en 1/8 de finale face au Racing

 
C'est une défaite frustrante pour les Cadets A, qui s'inclinent face au Racing sur le score de 30 à 12.
 
Jouant contre le vent en début de match, les biarrots décident de remonter le ballon depuis leurs 22m et réussissent à transpercer la défense du Racing. Malheureusement, une passe mal ajustée les empêche d’inscrire le premier essai et sur cette action manquée, le Racing joue ce ballon de récupération qui se transforme en contre attaque et qui finira par un essai entre les poteaux !
 
Les jeunes biarrots auront d’autres occasions qu'ils n’arriveront pas à concrétiser.
Quant au Racing, s’appuyant sur de grosses individualités aux physiques impressionnants, va inscrire 2 pénalités supplémentaires pour mener 13 à 00.
 
En deuxième mi-temps, les Cadets A continuent de produire du jeu et vont être récompensés par un bel essai des 3/4. Le Racing va encore s’appuyer sur ses individualités pour marquer 2 nouveaux essais sur des exploits individuels. Les basques ne lâchent pas et répondent en suivant par un super essai sur une attaque en première main des 3/4.

Les individualités hors norme physiquement du Racing auront eu raison du beau collectif biarrot mais les Cadets A peuvent être fiers de leur très belle saison avec une qualification en 1/8 de finale historique. 
 
 
 
  • Cadets B : défaite en 1/8 de finale face au Racing


Les Cadets B ont fait preuve de beaucoup de courage et de solidarité en défense pour essayer de compenser le gros écart de densité physique face à une équipe du Racing invaincue depuis le début de la saison et première au classement national.

Le score de la première mi-temps 14 à 00 en faveur du Racing est frustrant et ne reflète pas la physionomie de la première mi-temps. En effet, malgré l’écart physique, nos joueurs ont défendu vaillamment, ont mis leur jeu en place, et se sont rapprochés de la ligne d’essai du Racing. Par manque de puissance, les biarrots n’ont pas réussi à franchir la ligne d'en-but parisienne.
.
Même menés 14 à 00 à la mi-temps, nos joueurs n’ont rien lâché  et ont même dominé le début de la deuxième mi-temps en réussissant à percer la défense du Racing, sans parvenir à concrétiser.
 
En fin de match, épuisés par la différence de gabarit, nos joueurs vont encaisser un dernier essai. Score final : 22-0.

C'est un magnifique parcours pour les Cadets B qui, malgré un effectif réduit, ont réussi à aller aussi loin dans le championnat, grâce notamment à un formidable esprit d'équipe.
 
 
 
  • U12 : Tournoi de la Soule

 
L'équipe U12 du Biarritz Olympique termine à la première place du Tournoi de la Soule à Mauléon ! 
 
Les U12 de l'entente Biarritz/Bidart terminent à la 17ème place de ce même tournoi.
 
Félicitations à nos deux équipes, auteures d'une performance remarquable. 
 
 
 
  • U12 BO/BUC : Tournoi Carmen Immobilier

 
Les deux équipes du Biarritz Olympique ont participé au Tournoi Carmen Immobilier à Saint Jean de Luz.
 
Les U12 de l'entente Biarritz/Bidart sont arrivés en seconde position du tournoi, tandis que les U12 du BO ont terminé à la 5ème place. 
 
Les coachs sont satisfaits de la prestation des deux équipes biarrotes. Bravo à tous ! 
 
 

 

  • U8-U10 : Tournoi de la Soule


L'équipe U10 du Biarritz Olympique termine à la première place du Tournoi de la Soule à Navarrenx !

Les deux équipes U8 terminent quant à elles à la 5ème et 7ème place.

Bravo à nos mini biarrots !
 
 
 
  • U6 : Ateliers placages et yoga


En raison d'une météo pluvieuse samedi dernier, les U6 du Biarritz Olympique ont échangé leur entraînement hebdomadaire par un atelier sur les placages et la découverte du yoga !

Mathieu Hirigoyen avec l'Équipe de France U20

Mathieu Hirigoyen fait partie des 37 joueurs retenus pour les deux stages de préparation au Championnat du monde U20 ! Il a rejoint le CNR la semaine dernière.

Félicitations à notre 3ème ligne biarrot, une grande fierté pour tout le club ! 

 

GROUPE FRANCE

BARKA Rayne (Section Paloise)
BERIA Giorgi (AS Clermont Auvergne)
BOUDEHENT Paul (Stade Rochelais)
BURIN Alex (SU Agen)
CARBONEL Louis (RC Toulon)
COLY Léo (Stade Montois)
DE NARDI Alexandre (Stade Montois)
DELBOUIS Julien (Stade Français)
DELORD Quentin (Lyon OU)
DESAUBIES Simon (Union Bordeaux-Bègles)
DUMORTIER Ethan (Lyon OU)
EGLAINE Eli (FC Grenoble)
EL KATTHABI (Oyonnax Rugby)
GERACI Killian (FC Grenoble)
GROS Jean-Baptiste (RC Toulon)
HAMONOU Thibault (Stade Toulousain)
HIRIGOYEN Mathieu (Biarritz Olympique)
HOCQUET Loïc (SU Agen)
HULLEU Nathanaël (FC Grenoble)
JOSEPH Jordan (Racgin 92)
JUTGE Pierre (US Colomiers)
LACHAUD Théo (RC Toulon)
LEBEL Matthis (Stade Toulousain)
LEMARDELET Maxence (AS Clermont Auvergne)
LOTRIAN Sacha (USA Perpignan)
MALLEZ Paul (ABCD XV)
MARAVAT Gauthier (SU Agen)
MOEFANA Yoram (US Colomiers)
MONTAGNE Régis (FC Grenoble)
PINTO Vincent (Section Paloise)
SMAÏLI Mathieu (RC Toulon)
TAOFIFENUA Donovan (AS Clermont Auvergne)
VANVERBERGHE Florent (RC Toulon)
VINCENT Arthur (Montpellier HR)
WARION Adrien (Provence Rugby)
ZEDGHAR Antoine (RC Toulon)
ZEGUEUR Sacha (Oyonnax Rugby)

 
 

S'inscrire à la Newsletter

Formulaire

Partenaires

<p>Fournisseurs officiels</p>

partner.namepartner.name

<p>Partenaires officiels</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name

<p data-pm-slice="1 1 []">Partenaire</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name