Biarritz logo

Notre Histoire

Le 24 avril 1913, le Maire de la ville de Biarritz réunit le Biarritz Stade et le Biarritz Sporting Club pour former une seule et même entité : le Biarritz Olympique. Dès sa naissance, le Biarritz Olympique se lance dans la quête aux trophées.

Après avoir soulevé par deux fois en avant-guerre le Bouclier de Brennus (1935 et 1939) et poussé par Marcel Martin, le Biarritz Olympique a donné naissance au Biarritz Olympique Pays Basque en 1998.

Adaptation réussie pour le Club qui remporte la dernière Coupe de France (2000) puis par trois fois le Bouclier de Brennus (2002, 2005, 2006) sous la conduite de Patrice Lagisquet.

Une magnifique marée Rouge et Blanche déferle alors sur Biarritz pour accueillir et fêter ses héros, Serge Betsen et consorts.

Le BOPB, présidé par Serge Blanco, prend une envergure internationale et accède par deux fois en finale de la coupe d'Europe (2006 et 2010). Le BOPB disputera 7 finales en 12 ans : seul le Stade Toulousain aura fait mieux.

Le BOPB, malgré tout victorieux de la finale de l'Amlin Challenge Cup face au RC Toulon en 2012, aura ensuite un parcours honorable mais en dents de scie avant l'émergence d'un nouveau projet de développement du club en 2018, sous la présidence de Jean-Baptiste Aldigé et Louis-Vincent Gave. La formation devient alors l’objectif principal du Club, avec la volonté de figurer dans les 20 meilleurs clubs de rugby professionnel français.

Vivier de champions, ce club centenaire, qui a toujours pu compter sur ses supporters pour colorer les tribunes du stade Aguiléra, en Rouge et Blanc évidemment ou aux couleurs basques de l'Ikurrina, prend alors un nouveau virage pour ranimer la flamme.

Aupa BO

Palmarès

5
19351939200220052006

Championnat de France

1
2000

Coupe de France

2
20062010

Finaliste de la coupe d`EUROPE

1
2012

Challenge Europen

Retour en images

L'équipe du BO:Sallenave, Pagola, Paquin, Pierre Moulian, Lataillade, (o) Haget (cap), (m) Laborde, Lefort, Ithurra, Lascaray, Lafourcade, F.Muniain, Daguerre, Errecart, Guin

Entraîneurs:Celhay

Président:Emile Lacour

undefined

Retour en images

L'équipe du BO:Sallenave, Sorondo, G.Haget, Paquin, (o) H.Haget, (m) Boubée, Leguay, Lascaray, Munian, Ithurra, Lasalle, Guiné, Henon, Daguerre (cap)

Entraîneurs:Lassalle

Président:Emile Lacour

undefined

Retour en images

L'équipe du BO:Brusque, Bernat-Salles, Roff, Isaac puis Boussès, Bidabé puis Legg, (o) Peyrelongue, (m) Moraès puis Mazas, Milhères puis Chouchan, T.Lièvremont, Betsen, Versailles puis Nauroy, Roumat, Avril puis Curnier, Gonzalez (cap), Menieu puis Puleoto

Entraîneurs:Lagisquet et Rodriguez

Président:Marcel Martin

undefined

Retour en images

L'équipe du BO:Brusque, Bidabé puis Martin Aramburu, Traille, Boussès, Gobelet, (o) Peyrelongue, (m) Yachvili, T.Lièvremont (cap), Harinordoquy, Betsen, Couzinet, Thion, Avril puis Lecouls, August puis Gonzalez, Balan

Entraîneurs:Lagisquet et Delmas

Président:Marcel Martin

undefined

Retour en images

L'équipe du BO:Brusque, Bidabé puis Martin Aramburu, Traille, Boussès, Gobelet, (o) Peyrelongue, (m) Yachvili, T.Lièvremont (cap), Harinordoquy, Betsen, Couzinet, Thion, Avril puis Lecouls, August puis Gonzalez, Balan

Entraîneurs:Lagisquet et Delmas

Président:Marcel Martin

undefined
19351939200220052006

Les Présidences

2018-Louis-Vincent Gave et Jean-Baptiste Aldigé
2016 - 2018Nicolas Brusque
2008 - 2016Serge Blanco
1998 - 20081er Président du BOPB - Marcel Martin
1992 - 1996 Patrick Arrosteguy
1991 - 1992Président délégué : Michel Langla
1990 - 1991Président : Jean Dupont
1984 - 1990Président : Pierre Grenade
1981 - 1984Docteur Jean-Claude Blimer
1980 - 1981Jacques Bergerac
1978 - 1980Docteur Jean-Claude Blimer
1967 - 1978Claude Rebeyrol
1965 - 1967Henri Berrogain
1962 - 1965Maurice Bergeon
1959 - 1962Docteur André Lafaille
1952 - 1959Alexis Figue
1936 - 1952Emile Lacour
1922 - 1936Docteur Albert Plantier
13 avril 1916Après délibération en conseil municipal, acquisition du domaine d'Aguiléra (pour 200 000 francs) par la ville de Biarritz
1913 - 1922Alfred Laulhe

Dernières nouvelles

La compo ! 

Les Espoirs - La Trattoria Pizzeria des Arceaux - rencontrent la Section Paloise pour leur première journée de championnat. 

À gagner : un maillot de l'an dernier ! Ne manquez pas le jeu des Espoirs : La pesée du 8.

N'oubliez pas vos pièces de monnaie pour participer ;) 

 

Chers supporters,

 

En raison des conditions sanitaires exceptionnelles, la préfecture des Pyrénées Atlantiques a délivré un arrêté, bouleversant l’organisation de la rencontre face à Béziers.

 

Ainsi, merci de prendre en compte les mesures suivantes :

  • Les supporters situés en TRIBUNE BLANCO A devront arriver à 20h, par l’allée du tennis.
  • Les supporters situés en TRIBUNE BLANCO B devront arriver à 20h30, par l’entrée rue Cino Del Duca.
  • Les supporters situés en TRIBUNE BLANCO C devront arriver à 20h, par l’entrée rue Cino Del Duca.
  • Les supporters situés en GRADINS devront arriver à 20h30, par l’allée du tennis.
  • Les supporters situés en KAMPF OUEST devront arriver à 20h par le portail OUEST.
  • Les supporters situés en KAMPF EST devront arriver à 20h par le portail EST (Musée du BO).
  • Les supporters situés en KAMPF CENTRALE devront arriver à 20h30 par le portail OUEST ou le portail EST (Musée du BO).

 

Aussi, notez que :

  • Les buvettes et services de restauration (foodtrucks) feront exclusivement du service dans le stade. Des vendeurs ambulants vous porteront de quoi vous désaltérer et vous restaurer directement à votre place.
  • Bien évidemment, les KOXKs rouge 2019/2020 sont encore valables, et les nouveaux seront en circulation.
  • Billetterie aux guichets du stade fermée le jour du match à partir de 18h. Privilégiez la billetterie en ligne : www.billetterie-bopb.fr

 

Nous vous remercions de continuer vos efforts pour le port du masque, les distances de sécurité dans les files d’attentes et de limiter vos déplacements.

 

La période est délicate pour tout le monde et nous vous remercions sincèrement de votre compréhension.

 

À très vite !

Biarritz n’a pas su s’imposer ce dimanche à Sapiac.

 

Pourtant, cette rencontre avait si bien commencé : le jeune Kerman Aurrekoetxea aplatissait un essai, Gilles Bosch marquait à trois reprises et Johnny Dyer clôturait le tout par un second essai. Menant de 12 points à la mi-temps, nos Boys n’ont pas vu venir les Montalbanais et ont encaissé une pénalité et un essai consécutifs durant les premières minutes du second temps de jeu. Ce à quoi Steeve Barry répondait en suivant en passant la ligne d’en-but adverse. Les Boys, pensant que le plus dur était derrière eux, se sont sans doute un peu relâchés. Après avoir essuyé quatre pénalités de l’équipe adverse, les rouges et blancs n’ont pu que s’incliner face à Montauban, qui remporte ce second match de championnat à seulement trois petits points.

 

Mais, comme l’a dit un de nos chers supporters : « on apprend autant des victoires que des défaites. »

Pas de données

S'inscrire à la Newsletter

Formulaire

Partenaires

<p>Fournisseurs officiels</p>

partner.namepartner.name

<p>Partenaires officiels</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name

<p data-pm-slice="1 1 []">Partenaire</p>

partner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.namepartner.name